AccueilNous joindre
Slideshow Image 1 Slideshow Image 2 Slideshow Image 3 Slideshow Image 4 Slideshow Image 5Slideshow Image 4



Les écoles au Canada-français (1635-1858)

En Nouvelle-France...Les 300 colons de la Nouvelle-France confient l'instruction de leurs enfants aux Jésuites.

Un peu plus tard, on soumet les filles aux bons soins des Ursulines.

1763: le Séminaire de Québec prend la relève des Jésuites en se chargeant de l'instruction au niveau du secondaire. La même année, la France cède le Canada à l'Angleterre (Traité de Paris).

1774: l'Acte de Québec permet aux habitants le choix de leur langue et de leur religion.

1787: Lord Dorchester met sur pied le premier comité chargé d'enquêter sur l'état de l'enseignement au Canada. Le but visé: permettre l'instruction à tous, même aux plus pauvres et aux plus éloignés.

1793: on compte plus de 150, 000 Canadiens-Français.
Côté enseignement, c'est pitoyable! 17 écoles situées surtout à Québec, à Trois-Rivières et à Montréal.
Chez les francophones catholiques, depuis les débuts de la colonisation, l'instruction des enfants est à la charge des colons et de la fabrique. Or, ces gens se sont déjà tellement endettés à édifier leurs églises ou leurs chapelles qu'ils ne peuvent, en plus, assumer le financement des écoles et le salaire des enseignants. Alors, quelques mères de familles vont accueillir chez elles, dans leurs cuisines, les enfants des environs pour leur apprendre les rudiments des lettres et des chiffres.
Mais, les livres sont rarissimes. Il faut les importer puisqu'il n'y a pas encore d'imprimerie en Nouvelle-France; d'où des frais supplémentaires. On doit souvent s'accommoder d'un seul livre d'arithmétique et d'un seul cahier d'écriture pour tous les enfants d'une même famille quel que soit leur niveau d'apprentissage. Dans ce cahier à doubles lignes, on remplit tout espace disponible; on inverse même le cahier pour tout utiliser. Gare au gaspillage! On gardera longtemps dans la mémoire que l'instruction , ça coûte cher.

Chez les Protestants anglophones, par contre, après la Conquête, c'est le gouvernement qui défraye les coûts des écoles et du matériel en plus de payer le salaire des maîtres d'écoles. L'alphabétisation des Anglophones prend donc le pas sur celle des Francophones.

1801: on instaure le système scolaire.
Les petites écoles de rangs poussent partout à travers le Québec.




1 2 3

École Notre-Dame de Saint-Ferdinand

Le vieux collège
le vieux collège
agrandir






École Notre-Dame

École de Saint-Ferdinand aujourd'hui